Activités éducatives

Pour briser l'isolement et créer des solidarités

Cafés-rencontres:

Rencontres animées avec un sujet pour des discussions et des réflexions.

Séries d'ateliers:

Varient selon la demande dans le but d'une prise de conscience personnelle et collective dont «Nous, les Femmes qu'on ne sait pas voir».

 «Nous, les Femmes qu’on ne sait pas voir » est un projet initié par le Centre de Femmes de La Marie Debout de Montréal et coordonné par Mme Suzanne Boisvert, artiste en résidence. Depuis quelques années, nous chérissions l’idée de co-développer le projet au Centre de Femmes. L’idée qui définit ce projet est de mettre sur pied un groupe intergénérationnel de créations collectives et individuelles, de participer à montrer l’infinie diversité des façons de vieillir en réponse aux préjugés âgistes. La méthode artistique communautaire permet de réfléchir autrement. C’est une façon de se «déprogrammer» des images négatives véhiculées dans notre société et que nous avons intériorisées bien malgré nous. Notre matière à créer, à penser, c’était nos vies, nos corps historiés. C’est à partir de questionnements et d’explorations très personnelles, en mots, en couleurs, en textures, dans un contexte collectif que nous avons construit une réflexion ancrée sur le vieillissement et la vieillesse. Enfin, 17 ateliers « Nous, les Femmes qu’on ne sait pas voir » ont rassemblé 24 Femmes au cours de l’année. Ensemble, elles ont exploré leur propre idée du vieillissement (ex : présentation et exposition de projets personnels et collectifs, le bâton de vie, le temple des comadres, la jaquette à trous, me voilà devant le miroir, je dessine mes passions, danse guidée, les coiffes, la découverte de la mémé déchaînée en nous, sketchs et chansons). Lors de chaque atelier, les créations et les discussions sont nourries par des images, lectures, vidéos et films/documentaires. L’atelier permet aussi aux Femmes de participer à son contenu en proposant des lectures et activités. Cela crée un sentiment d’appartenance au groupe et au Centre de Femmes et leur permet d’y mettre leur propre couleur. Le but de ces rencontres est de transformer les émotions en créativité, de réaliser des œuvres personnelles et collectives en lien avec ce que vieillir nous fait vivre. Ces ateliers ont permis de créer une solidarité entre ces «Femmes qu’on ne sait pas voir» face aux préjugés sociaux reliés à l’âgisme. 

Comités de travail:

Ce sont les lieux où les Femmes peuvent s'impliquer et prendre part aux décisions. Il y a par exemple:

  • La Gazette des membres «Féminin PluriElles!»;
  • Le Comité de la Journée Internationale des Femmes;
  • Le Comité de la Marche Mondiale des Femmes.

Ainsi que:

Des soirées d'information et de sensibilisation, des créations collectives, de la cuisines et un jardin communautaire.